04 août 2021

Les grandes heures de Cluny

Festival

Les Grandes Heures de Cluny font partie du Festival Musical des Grands Crus de Bourgogne-Franche Comté. Créé en 1986, ce Festival, enraciné en région de Bourgogne depuis le Chablisien jusqu’aux monts Mâconnais, en passant par l’Auxerrois, la Côte de Nuits et la Côte de Beaune, s’est enrichi cette année d’un festival puisque la région est devenue Bourgogne-Franche-Comté. Elle regroupe donc maintenant six associations :
« Les Rencontres Musicales de Noyers »
« Le Festival du Chablisien »
« De Bach à Bacchus » à Meursault
« Festival Musique au Chambertin »
« Festival des Tourelles » à Morvillars dans le Territoire de Belfort
« Les Grandes Heures de Cluny »
toutes unies dans le doux mariage de la musique et du vin, chacune gardant son style particulier dans sa programmation artistique et ses manifestations œnologiques.

Nous aurons le plaisir de jouer à Cluny le 04 Août à 20h au Farinier des moines de l’abbaye de Cluny, Rue du 11 Août 1944, 71250 Cluny

Joseph Haydn : Quatuor opus 54 n°2 en do majeur – 20’

1.    Vivace
2.    Adagio
3.    Menuetto
4.    Adagio – Presto – Adagio

Ce quatuor, écrit en 1788, est à tous égards un quatuor d’exception : ne serait-ce que par la présence d’un final

peu orthodoxe, ainsi que d’un long Adagio tout juste entrecoupé d’un épisode Presto. Ce quatuor

d’une rare éloquence se révèle aussi puissant qu’original, déjà dans son premier mouvement, aux envolées

audacieuses et aux riches sonorités, puis dans l’Adagio en ut mineur qui lui succède. Un des plus étranges mouvements lents jamais écrits, où le chant du premier violon se brise en arabesques passionnées au-dessus

de la mélancolique mélodie des trois autres instruments, tout cela avec un dramatisme et des dissonances douloureuses dont on retrouvera l’écho dans le remarquable trio du menuet.

Dmitri Chostakovitch : Quatuor n°4 opus 83 en ré majeur – 25’

1.    Allegretto
2.    Andantino
3.    Allegretto
4.    Allegretto

Cette œuvre, composée en 1949, fut écrite en secret. En effet Chostakovitch était interdit d’exécution et dut attendre la mort de Staline en 1953 pour pouvoir être joué à nouveau. Ce quatuor emprunte de nombreux thèmes

de la musique populaire des Juifs de l’Europe de l’Est dans lesquels Chostakovitch voyait l’incarnation

du symbole de la fragilité humaine et bien sûr de la persécution.

Ludwig van Beethoven : Quatuor no 10 opus 74 en mi bémol majeur      « Les Harpes » – 31’

1.    Poco Adagio-Allegro
2.    Adagio ma non troppo
3.    Presto-Piu Presto quasi Prestissimo
4.    Allegretto con Variazioni

De deux ou trois ans postérieur aux trois célèbres quatuors « Razumowsky », le dixième quatuor est dédié comme ceux de l’opus 18 au prince Lobkowitz. Il est désigné sous le surnom « Les harpes » qu’il doit à l’abondance

des arpègements en pizzicato dans son premier mouvement. L’œuvre devint rapidement populaire et

son succès ne s’est jamais démenti, ce qu’elle doit sans doute au fait qu’elle affirme une émotion neuve

chez le compositeur, de la puissance sans doute mais infiniment de charme aussi…